Voltaire a été le principal promoteur des idées de John Locke en France, et notamment en ce qui concerne le droit de propriété, dont il importe de mesurer en quoi, dès l'abord, il se présente, chez cet auteur, sous la forme de la guerre...

Visant à donner toute sa force à ce que, donc, il appelle le "droit de propriété", John Locke se saisit de cette première occurrence d'un système de domination qui n'est plus celui de l'esclavage : le rapport salarial.

S'agissant d'initier la pratique qui nous intéresse ici, il faut tout d'abord trouver un personnage un peu particulier : un chômeur démuni de toute réelle perspective de travail. Dans un système de domination par les propriétaires des moyens de production, il lui reste toujours une solution, pour peu qu'il soit dans un état physique satisfaisant : faire la guerre pour leur compte. Or, en effet, et comme nous le savons tous : les tout premiers salariés ont été les titulaires de cette "solde" qui fait le "soldat".

C'est sur fond de ce métier de tueur que John Locke a choisi de présenter le paradoxe du droit de propriété...

Pour découvrir le joli document qu'il consacre à cette merveilleuse chose, voir les pages 393 et 394 de "Quand le capital se joue du travail - Chronique d'un désastre permanent" en cliquant ici : Extrait_393_394

(Pour atteindre la page de couverture de ce livre de 477 pages, c'est ici : couverture)